A family of five, travelling one year on a beatiful 33 years old boat, she's 45 foot long and we called her : Gytan.

Please subscribe to the newsletter or leave a comment 

Read More

 

Nous About us
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
    • White Twitter Icon
    Tags

    © 2023 Guillaume with Wix.com

    Please reload

    La Guadeloupe, Antigua et Barbuda

    April 14, 2018

     

     

    De retour sur Gytan que nous avions laissé à la marina de Rivière Sens, nous retrouvons nos amis de Tamouré, Belorch et Vega, le temps d'une soirée. Nous prévoyons de repartir dans deux jours, il nous faut ravitailler, faire les pleins d'eau, de gaz et des machines de linges.

    Nous quittons, le dimanche après-midi, Rivière Sens pour le mouillage de Malendure dans la réserve Cousteau, nos amis partent vers les Saintes. Nous y passons deux jours et reprenons notre rythme, école le matin, plongée ou balade l'après-midi. La réserve de Malendure est superbe pour la plongée, les coraux et les poissons y sont magnifiques. Nous continuons sur Deshaies plus au nord, c'est la dernière baie avant de quitter la Guadeloupe. Pendant la navigation, Guillaume fait malencontreusement tomber un feu de navigation à l'eau en tentant de le réparer. Nous réussissons à louer une voiture sur Deshaies et partons chez le shipchandler. Nous achetons un nouveau feu, des lampes lampes à led et quelques petites choses pour l'entretien de Gytan. Nous passons aussi par le Carrefour de Point à Pitre pour compléter l'avitaillement et enfin nous finissons cette journée en retournant au jardin botanique de Deshaies. Les enfants sont ravis de revenir dans ce jardin, nous y avions été il y a quelques années lors de notre dernier séjour en Guadeloupe. Leur moment préféré est la cage aux Tarriquets, ces petits perroquets se posent sur vous quand vous tenez un petit gobelet de nectar, dont ils raffolent. Abel est plutôt effrayé mais Gaston et Ysé s'en donne à coeur joie, remplissant gobelet sur gobelet.

     

     

     

     

     

    Nous passons encore une journée à Deshaies, pour finir les réparations, faire les papiers de sorties et surtout nous laissons passer un petit coup de vent qui nous donnera 35 noeuds dans le mouillage. C'est dû à l'effet venturi de la baie mais cela n'empêche pas de créer un beau bazar de bateaux se décrochant du fond et dérivant les uns sur les autres. Nous passons une dernière nuit un peu stressante à surveiller le mouillage jusque vers 3 heure du matin, quand le vent se calme enfin.

     

    Nous partons vers 9 heure en direction d'English Harbour, un magnifique port naturel sur Antigua qui servait de base pour les Anglais à l'époque où ils se disputaient les îles antillaises avec les Français. English Harbour en tant que site historique est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.  Devenu un parc national, il abrite une marina et un club de yachting réputés pour leurs superbes voiliers et leurs régates de légende.

    Le parc renferme également un musée dédié à Nelson où nous apprenons toutes sortes de choses. Le célèbre amiral avait bâti un fort et un port militaire dans ce havre naturel et l'utilisait pour caréner les bateaux et comme point de chute des troupes anglaises. En effet, le climat est plus sec et moins chaud à Antigua et devait leurs permettre de se préparer pour leurs campagnes dans la Caraïbe. La présence du carénage, l'entrée duquel était bordé de colonnes qui ont été restaurées (cf photos plus bas) et des cabestans permettaient aux anglais d'avoir une flotte toujours opérationnelle, ce qui leur donnait une longueur d'avance sur l'ennemi. Autre fait intéressant, la marine anglaise accueillait des soldats noirs dès le XVIIIe siècle.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le lendemain, nous repartons pour Jolly Harbour (et non pas Harbor), afin de retrouver une bonne partie des bateaux copains, Poupliers, Punch Coco, Tamouré fraichement arrivé de Guadeloupe et nous faisons la connaissance de Lys de Mer. Nous passons une formidable soirée tous ensemble sur Punch Coco, les enfants sur Tamouré.

    Nous partons ensuite pour un avitaillement sur Jolly Harbour, port semi naturel, dans une lagune. Les maisons sont à l'américaine, sur l'eau avec le ponton pour le bateau (à voile ou à moteur) devant. La ville ne présente aucun intérêt si ce n'est son supermarché bien achalandé et plein de produits américains.

     

     

    Dans l'après midi toute la troupe lève l'ancre en direction du nord d'Antigua où nous mouillons fasse à un hôtel super luxe, les chambre sont en fait des villas sur la plage avec piscine sur la terrasse. Nous ne sommes pas autorisés à aller au delà de la plage.

    Nous passons les 2 jours suivant avec toute la bande, passant de mouillage en mouillage de plus en plus désert, sur toute la cote nord d'Antigua. La bande se sépare petit à petit suivant les impératifs de chacun, mais nous nous reverrons bientôt c'est sûr !

    Nous ne sommes plus que 3 bateaux, Punch Coco, Tamouré et nous, nous finissons notre tour d'Antigua par English Harbour afin d'y faire un bel approvisionnement et les papiers de sortie, car nous avons décider de nous rendre vers Barbuda. Cette île ayant été dévasté par le cyclone Irma est presque déserte. Nous passons Pâques à English Harbour, avec une chasse aux oeufs sur le fort qui garde l'entrée de la rade et un dîner à base de fruits de mer sur le port.

     

     

    Pendant que Guillaume charge les cuves d'eau et d'essence, Constance se rend avec les skipper de Tamouré et Punch Coco faire la clearance de sortie.

    A Antigua, ils considèrent que les enfants de moins de 12 ans sont des passagers, nous sommes donc soumis à la même taxe que les professionnels qui transportent des personnes. Et pour faire rentrer nos enfants dans les cases, ils les ont enregistrés comme des étudiants, nous avons le sentiment qu'il s'agit juste d'une arnaque pour nous faire payer toujours plus. Nous crions à l'injuste, d'autant que Tamouré ayant fait son entrée à Jolly Harbour a pu enregistrer ses enfants en tant que membres d'équipage. La préposé se braque, déclare qu'ils ont fait une erreur dans l'autre port et qu'elle sait quelle est la règle. Le ton monte, elle appelle la police, quand nous souhaitons parler à son supérieur. Face à la pugnacité de la fonctionnaire nous nous acquittons de la taxe supplémentaire et partons en direction de Non Such Bay à l'ouest pour passer la nuit avant notre traversée vers Barbuda. Cependant, les papiers de sortis faits, nous n'avons pas le droit de rester plus de 24 heures à Antigua et comme Barbuda fait partis du même état. Nous naviguons le lendemain AIS (transpondeur pour repérer les bateaux) éteint.

     

    Après une magnifique navigation sous spi, nous arrivons à Barbuda dans la baie de Cocoa. Une eau turquoise bordée d'une longue plage de sable blanc. Mais à terre c'est un autre spectacle, Irma est passée par là. Les cocotiers sont étêtés, les bâtiments en miettes et la végétation arrachée. Le soir est encore plus particulier, car il n'y a aucune lumière à terre, on a l'impression d'être seul au monde sur une île déserte. Nous descendons à terre et nous promenons un petit peu mais c'est partout la même chose, maisons effondrées, arbres cassés et débris partout.

     

     

     

     

     

     

    Nous passons 2 jours à faire l'école, du snorkling et des baignade sur la magnifique plage. Tamouré nous quitte pour Saint Kitts et nous partons en compagnie de Punch Coco pour une nuit de navigation en direction de Saint Barthélémy. La nuit sera calme, nous ne devons pas aller trop vite pour arriver le matin à Gustavia. Le contraste est fort, nous quittons une île presque déserte pour arriver dans un port plein de bateaux au mouillage, de jetskis, de cargos et de dériveurs.

     

     

    Gustavia a été complètement reconstruit après Irma, à part les voiliers démâtés, aucune trace n'est visible du passage du cyclone. Les boutiques de luxe sont là, avec le cortège de super yacht à moteur dans la baie. Nous dînons avec les Punch Coco au Select, qui n'a de select que le nom, l'ambiance y est bon enfant et les burgers font du bien après ces derniers jours en autonomie.

    Le lendemain, nous partons mouiller dans la baie d'à côté qui est une réserve naturelle, nous nageons au milieu des raies, des tortues et des rémoras. Avant de mettre le cap toujours en compagnie des Punch Coco vers Saint Martin à l'anse Grand Case pour retrouver les Lys de Mer.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nos conversations commencent à tourner toujours autour du même sujet, la transat retour, elle approche encore 2 mois et nous devrons quitter les Antilles. Nous parlons beaucoup d'énergie, d'équipiers, de stratégie météo et de date de départ. Mais il nous reste encore un peu de temps, nous allons le mettre à profit pour préparer le bateau, faire un tour de Saint Martin et sans doute des Îles Vierges Britanniques.

     

     

     

    Share on Facebook
    Share on Twitter
    Please reload

    L’arrivée en fanfare.

    September 4, 2018

    Les Açores deuxième partie : Sao Jorge et Terceira.

    September 4, 2018

    1/15
    Please reload

    You Might Also Like: